• VENDREDI 22 SEPTEMBRE

     

    Dans un premier temps et en une vingtaine de minutes, nous établissons de la "CNI" du ou des personnages (nom prénom, date et lieu de naissance, situation de famille, adresse, signe particulier) puis construisons son "arbre généalogique : parents, fratrie, ascendants et descendants...

    Ensuite à la manière de Pérec, en 20 minutes, nous écrivons une série de "je me souviens" qui permet de fabriquer des souvenirs à notre personnage principal : souvenir de faits, de sensations, de désirs, de regrets et... d'oublis avec la formule "je ne me souviens pas".

    Voici les textes de Pérec auxquels je pensais en préparant la proposition d'écriture :

    Je me souviens comme c'était agréable, à l'internat, d'être malade et d'aller à l'infirmerie.

     

    Je me souviens des postes à galène.

     

    Je me souviens quand on revenait des vacances, le ler septembre, et qu'il y avait encore un mois entier sans école.

     

    Je me souviens qu'au pied de la passerelle qui, en haut de la rue du Ranelagh, traversait le chemin de fer de ceinture et permettait d'aller au bois de Boulogne, il y avait une petite construction qui servait d'échoppe à un cordonnier et qui, après la guerre, fut couverte de croix gammées parce que le cordonnier avait été, paraît-il, collaborateur.

     

    Je me souviens qu'un coureur de 400 mètres fut surpris en train de voler dans les vestiaires d'un stade (et que, pour éviter la prison, il fut obligé de s'engager en Indochine).

     

    Je me souviens du jour où le Japon capitula.

     

    Je me souviens des scoubidous.

     

    Je me souviens que j'avais commencé une collection de boîtes d'allumettes et de paquets de cigarettes.

     

    Je me souviens des « Dop, Dop, Dop, adoptez le shampoing Dop ».Je me souviens de l'époque où la mode était aux chemises noires.

     

    Je me souviens des autobus à plate-forme : quand on voulait descendre au prochain arrêt, il fallait appuyer sur une sonnette, mais ni trop près de l'arrêt précédent, ni trop près de l'arrêt en question.

     

    Je me souviens que Voltaire est l'anagramme d’Arouet L(e) J(eune) en écrivant V au lieu de U et I au lieu de J.

     [...]

     Georges Perec, Je me souviens, collection P.O.L., © Hachette, 1978.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :