• 4 atelier en ligne

    Petit personnage de décoration à accrocher dans le sapin,

    seriez-vous

    ou le personnage que vous avez créé pour ce portrait

    Renne ou ange ?

    Lutin, fée ou berger ?

    Bonhomme de neige ?

    A quoi ressembleriez-vous et qu'en penseriez-vous ?

     

     

    Halala ! Presque onze mois que j’étais dans ce carton ! Je viens juste de sortir et me voilà enfin à ma place. À l’origine, je faisais partie intégrante de mon père mais il fut abattu et on m’arracha à lui. J’étais alors râpeux et grossier. Puis je suis passé par les mains d’un sculpteur. Très doué. J’en suis la preuve. Je fus coupé, percé, poncé. Ce maître du bois m’a permis d’être à nouveau ce que j’étais. Un sapin. Pas grand, pas vert mais si beau. Je tiens dans une main d’enfant et celui qui me découvre chaque décembre affiche un sourire des plus joyeux. À chaque fois, il attrape la ficelle sur ma tête et choisi la place parfaite pour moi sur l’arbre qu’il décore. Il me met toujours à sa hauteur et chaque soir quand il passe devant moi pour aller se coucher, il me communique son bonheur. Et moi, sur mon podium verdoyant, je profite de ma sortie. Je sais que d’ici peu, l’enfant, triste, me rangera pour à nouveau onze mois. Je patienterai alors jusqu’au décembre suivant pour voir le sourire que l’enfant fera en me redécouvrant.

    Solène Heitzmann

    Enregistrer

    Enregistrer


    votre commentaire
  • 3

     Concentrons-nous sur la fête qui se prépare...3

    et faisons un"portrait chinois" couleur Noël.

    Si j'étais,

    ou si le personnage que vous voulez inventer pour l'occasion,

    était un sapin,

    quel serait-il ?

    Racontez-nous ce sapin...

    En panne d'inspiration ?

    RDV dans ma collection de sapins...

     

    Si j’étais un sapin, je serais majestueux

    Mon sommet pointant haut vers les cieux.

     

    Si j’étais un sapin, j’aurais de grandes racines

    Des courtes et des longues, des grosses et des fines.

     

    Si j’étais un sapin, j’occuperais la ville

    Placer ici ou là par quelques mains habiles.

     

    Si j’étais un sapin, je serais le symbole d’une fête.

    Celle qui met dans nos yeux des milliers de paillettes.

     

    Si j’étais un sapin, on me décorerait pour Noël

    De boules et de guirlandes à la pelle.

     

    Si j’étais un sapin, tout décembre, j’illuminerais les nuits

    Je réchaufferais les cœurs des grands et des petits.

     

    Si j’étais un sapin, du coin de mon salon,

    Je serais le témoin d’amours et d’affections.

     Solène Heitzmann


    votre commentaire
  •  

    2 atelier en ligne

    Si vous étiez une fête, que fêteriez-vous ?

    Seriez-vous de  saison ?

    Unique  ou cyclique ?

    Populaire, privée, familiale ?

    Discrète ou bruyante ?

    D'hier ou de demain ?

    Tout est à inventer... Faites-vous plaisir !

     

     

     

     

     

    Je me réveille. Le soleil du matin éclaire mon visage. Je sens la douce chaleur des rayons qui m’enveloppe. Je me lève.

    J’ouvre la fenêtre, respire à plein poumon. Le froid de l’hiver m’emplit de sa pureté. J’inspire, j’expire. J’inspire, j’expire. Le vent frais vivifie tout mon corps. Il rosit mes joues. Je ris. Je ris de bonheur. Une bourrasque s’engouffre dans mes cheveux.

    Je ferme les yeux, me voilà volant au-dessus des montagnes enneigées. Dans la vallée, j’aperçois les maisons et leurs cheminées. La neige est blanche, immaculée. Elle brille par endroit. Elle recouvre les pins d’un épais manteau. Ils verdiront au printemps.

    Le vent siffle à mes oreilles. Je n’entends que ce bruit. Il me chuchote le bonheur que c’est d’être là. Solitaire dans mon ciel, je me dis qu’il a raison.

    J’ouvre les yeux et reviens à la réalité. Elle est différente mais tout aussi belle. Comme il est plaisant de passer l’hiver en montagne. Le ski, la tartiflette et les longues soirées au coin de feu sont ici le quotidien de cette heureuse saison.

    Ce soir, devant ma fenêtre, je serais à nouveau là. J’inspirerais, j’expirerais. J’inspirerais, j’expirerais. Le calme de la nuit s’ajoutera alors à la pureté du vent. Je serais apaisée. Je m’endormirais.

    Solène Heitzmann

    Enregistrer


    votre commentaire
  •  

    1 Atelier en ligne C'est une attente qui commence pour les uns et les autres... C'est l'occasion d'explorer l'attente. Qu'attendons-nous ? Qu'attendons-nous pour attendre quelque chose ? Et si nous n'attendons rien, redécouvrons l'attente.

    Je vous invite à écrire, sans attendre, l'acrostiche de mot "attendre". L'inscrire verticalement et à partir de chaque lettre commencer une phrase, un vers, un mot... Explorez l'attente dans ses sons, ses sens, jouez à disloquer le mot, à le découper, à le recomposer.
    Amusez-vous ! Voici la définition wikipédia

     
     
    Ah ! mais que faire pendant cet hiver imminent
    Tout dans le froid rappelle la morte nature.
    Tous les jours diminuent encore à toute allure
    Et chaque crépuscule vient précipitamment.
    Ne redoutant alors que la longue nuit noire,
    Tous marcheront sur de lumineux promenoirs
    Espérant, au printemps, des vents chauds dominants.
    Solène Heitzmann

     

    Aaaaaargh … l’insoutenable impatience,

    Tu vas encore avoir du mal à

    Tenir de ne Pas faire, ne Pas aller ….

    Encore des interdits

    Non, tu ne peux Pas, ne dois Pas

    Ni Découvrir, ni dévoiler le mystère

    Alors, tu Résistes et tu rages en piétinant, tu ravales ton

    Epouvantable envie d’y aller, pour tout déballer quoi !!!

    Onni

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique